L'expulsion judiciaire d'un locataire pour loyer impayé peut prendre plus d'un an

Tout savoir sur l'explusion judiciaire d'un locataire pour loyer impayé / Gtres
Tout savoir sur l'explusion judiciaire d'un locataire pour loyer impayé / Gtres
23 octobre 2018, Rédaction

Les expulsions pour loyer impayé ont augmenté en Espagne et représente près de 60% des procédures en 2017. Les données du Conseil général du pouvoir judiciaire d'Espagne (Consejo General del Poder Judicial ou CGPJ) montrent que l'année dernière seulement, elles ont augmenté de 4,3% en glissement annuel.

La tendance à la hausse n'est pas négligeable, surtout si l'on prend en compte le fait qu'un propriétaire peut mettre près d'un an pour récupérer sa maison. Selon le cabinet d'avocats Pelegrí Abogados, l'expulsion d'un locataire pour loyer impayé prend en moyenne 11 mois en Espagne, l'Andalousie, la Catalogne, Madrid et la Communauté valencienne étant les Communautés autonomes où l'expulsion prend le plus de temps.

Selon le cabinet, la principale cause du retard de paiement est le déséquilibre entre les salaires des Espagnols et le prix moyen des loyers dans les grandes villes du pays. En outre, il rappelle que la loi sur l'« expulsion express » qui est entrée en vigueur cet été ne concerne que les mafias qui squattent illégalement des logements, de sorte qu'elle ne s'applique pas aux locataires qui ne paient pas leur loyer.

Face à cette situation, une assurance pour impayé peut être souscrite. Selon l'Observatoire espagnol de l'assurance location (Observatorio Español del Seguro del Alquiler ou OESA), le nombre de souscriptions à cette assurance a augmenté de 30% en glissement annuel au cours du dernier exercice fiscal.

Outre ce chiffre, et en conséquence de la hausse du prix des logements en location, le revenu moyen généré l’assurance location impayé inclue a également augmenté : à la fin de 2017, il s'élevait à 626 euros, soit 7,5% de plus que les 582 euros enregistrés à la fin 2016. En ce qui concerne son coût pour le propriétaire, il faut compter entre 250 et 400 euros par an.

"Le fait que les propriétaires investissent dans une bonne assurance pour se protéger contre les impayés facilitera grandement le processus de réclamation judiciaire si le contrat de bail a été signé avec un locataire défaillant. Bien que la possibilité d’occupation illégale de la maison ne soit pas écartée dans le cas où le locataire ne veut pas ou ne peut pas payer, le succès de ce type d'assurance est la preuve qu’il y a un problème et qu’il doit être résolu", explique Amor Pelegrí, associée et fondatrice de Pelegrí Abogados.

Le cabinet rappelle que parmi les principaux avantages de ces assurances, le paiement anticipé des loyers est la garantie pour le propriétaire de recevoir le loyer chaque mois de l'assureur sans avoir à attendre une peine ou une expulsion, le délai de carence, une couverture de l’impayé jusqu'à 18 mois, une couverture en cas de dommages et une indemnisation pour impayés de factures d'électricité, d'eau ou de gaz.

Le contrat de location

La durée d'un contrat de location est d'un minimum d'un an et d'un maximum de trois ans. Si la durée initiale établie par le contrat est inférieure à trois ans, le contrat sera renouvelé jusqu'à atteindre cette durée.

L'entreprise souligne que le renouvellement tacite d'un contrat de location implique de ne pas réclamer son extinction à l'échéance. "C'est-à-dire, s'il n'y a pas de notification par l'une ou l'autre des parties de la volonté du bailleur ou du preneur de mettre fin au contrat ; il sera automatiquement prorogé d'une année supplémentaire, si les clauses dudit contrat le prévoient". Toutefois, il prévient que "le contrat de bail peut expressément prévoir qu'il n'y a pas de renouvellement tacite, pour autant que nous soyons dans un délai de trois ans".

S'il y a renouvellement tacite et que le contrat ne prévoit pas le contraire, il sera entendu que le contrat a été prolongé, et le loyer ne sera augmenté qu'en appliquant l'augmentation de l'Indice des Prix à la Consommation espagnol (Índice de Precios de Consumo ou IPC), qui correspond actuellement à 1% du taux annuel.

Des conflits peuvent être causés s'il est convenu qu'un nouveau contrat soit signé après la période de trois ans, car cela pourrait provoquer l'augmentation des revenus. Dans tous les cas, les dispositions du contrat doivent être respectées.

Plus d'informations sur la durée des contrats de location

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Prêt pour trouver la maison de vos rêves ?

Trouvez des maisons à vendre et des locations à long terme sur idealista